Logo Pinterest Logo Instagram

Les princesses de Dina Goldstein

"Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants..." Biberonnés au Walt Disney depuis notre plus tendre enfance, nous nous sommes tous posés la question au moins une fois dans notre vie: Que se passe-t-il une fois qu'on a refermé le livre?

Quand Dina Goldstein tente de répondre à cette question, cela donne "Fallen Princesses", une série de photos récompensées par le Prix Virginia 2014 pour sa maîtrise de la composition, sa mise en scène parfaite et surtout l'humour qui s'en dégage.

Expo à découvrir à l'Espace photographique de Sauroy jusqu'au 30 novembre .

article-2385475-1B2C4AD8000005DC-61_634x469.jpg


"Je suis une photographe conceptuelle canadienne avec une expérience dans le milieu de la photographie éditoriale. Pour moi, la photographie se destine non pas à reproduire une esthétique qui fait écho aux normes actuelles de la beauté, mais plutôt à évoquer et à susciter chez le spectateur des sentiments de honte, de choc, de colère et d’empathie, afin d'inspirer un regard analytique sur la condition humaine." Dina Goldstein (Interview, prix Virginia)


article-2385475-1B2C4A93000005DC-428_634x429.jpg


"Ma série « Fallen Princesses » est née d’une douleur profonde et personnelle, où je rage contre la devise que l’on nous inculque dès l’enfance: « vivre heureux jusqu’à la fin de ses jours ». La série tourne autour de métaphores construites à partir des mythes trouvés dans les contes de fées, et oblige le public à regarder la réalité quotidienne en face: les rêves échoués, la pollution et la dégradation de l’océan, la guerre, l’obésité, l’extinction des cultures autochtones, le cancer et l’illusion d’une jeunesse éternelle. En adoptant les textures et les couleurs mises au monde par Walt Disney -empire de plusieurs milliards de dollars, voué à l’exploitation des contes de fées- «Fallen Princesses» lève le voile sur un consumérisme aveugle aux morales de ces anciennes paraboles. Cela a également soulevé la question: « comment définir la notion de ce qui est « juste », et comment vivre une vie « juste » ?" Dina Goldstein (Interview, prix Virginia)


article-2385475-1B2C4ABF000005DC-915_634x522.jpg

article-2385475-1B2C4ADF000005DC-600_634x781.jpg


On retrouve également sa série "In the Dollhouse"

Bathroom.jpg

"Mon plus récent travail est une séquence narrative qui se déploie autour d’une série en dix parties. Tout comme «Fallen Princesses», «In the Dollhouse» a suscité une réaction internationale. Cette fois-ci, je m’en suis prise à l’un des symboles les plus puissants de la culture occidentale: Barbie, la femme idéalisée. Plus que toute autre concept enfantin, Barbie incarne la notion que la Beauté, c’est le Pouvoir, et que celle-ci est nécessaire au Bonheur. Cependant, lorsque Ken, le bel émasculé qui lui tient lieu de petit ami, exprime son individualité, la valeur de la beauté comme ultime critère est enfin démasquée: ce n’est qu’un faux, fabriqué en plastique bon marché." Dina Goldstein (Interview, prix Virginia)

static.squarespace.jpg


Retrouvez le making of de la série "In the Dollhouse"

In the Dollhouse // Behind the Scenes from Lisa Wu on Vimeo.

Espace photographique de Sauroy
58 rue de Charlot, 3ème
du mardi au dimanche de 13h à 19h, jusqu'au 30 novembre 2014

Lire aussi

Le son du dimanche

Le son du dimanche

Rubrique S.O.S.

! SOS !

Les livres

Rubrique Les livres

Instagram

Aimer sur Facebook
Remonter en haut de page